HUMEUR...

A tant jongler avec la bombe

Quel plus grand paradoxe que celui de semer la mort pour pouvoir vivre?

Nos spécialistes de l'économie, nos éditorialistes-caméléons, nos zélus qu'on a même pas élus,  débordent d'un enthousiasme "cocoricotesque" lorsque l'industrie de l'armement réussit "le contrat du siècle" (on y a droit à chaque fois) en fourgant, par exemple, 36 Rafales à l'Inde, des chars Leclerc et autres blindés à nos amis des Émirats, des bombes à fragmentation à qui n'en veut...
Nos syndicalistes saluent, unanimes, les promesses d'emploi pour les années à venir. Promesses d'emploi pérenne tant qu'il y aura des gens à tuer. Et au rythme de l'évolution de la population mondiale, il y a encore de beaux jours à inventer et à fabriquer des trucs qui tuent. Et puis, c'est pas le rôle d'un syndicat de se poser des questions existentielles! Surtout quand ça concerne des existences loin de chez nous.

b_1_q_0_p_0

Qu'en pensent les Syriens (et autres Maliens etc.) qui se prennent sur la gueule des bombes françaises, larguées par des avions français (pas que!)? Qui se font déchiqueter par des balles fabriquées chez nous? Pour fuir ces engins de mort ils se réfugient dans "le pays des Droits de l'Homme" où ils sont accueillis à bras ouverts... Euh...

Reprenons...

Jeannot travaille chez Dassault où il est très fier de bosser 39h payé 35... je mégare...
Jeannot travaille chez Dassault, à l'usine de Mérignac, où il est très fier de participer au montage d'avions "Rafale" hyper performants. Akim se prend quotidiennement sur la gueule des bombes fabriquées par la Société des Ateliers Mécanique de Pont-sur-Sambre (SAMP). Donc, Akim ne songe qu'à une chose, sauver sa peau en traversant la Méditerranée à la nage pour se réfugier à Mérignac où aucune bombe ne viendra le faire cauchemarder toute les saintes journées que Dieu (?) fait.

C'est bon, vous suivez?
Oui mais voilà qu'un comité anti-réfugiés lui fait comprendre qu'il n'est pas le bienvenu parce qu'il va piquer le boulot de Jeannot à l'usine d'assemblage de Mérignac... La boucle est bouclée!

Y'a de quoi devenir chèvre, pas vrai?

Anne, ma soeur Anne, entends-tu la France qui béguète, qui bêle, qui chevrote? Que nenni Sitting Bull... la France, dans sa grande majorité n'en a rien à secouer des métèques qui viennent occuper un espace où il fait bon respirer sans crainte... surtout l'espace de nos ancêtres les Gaulois...

Est-il envisageable de supprimer toute fabrication d'armes de destruction massive dans notre beau pays?
Ben non. Passque:
1) la défense du territoire
2) l'emploi de 40 000 personnes.
Bon, quand un paquet de bombes atomiques viendront vitrifier notre belle France (et que, réciproquement, on aura le temps d'aller vitrifier ces sales Russes, Chinois, Arabes, et + si affinités), elle aura belle mine notre industrie de l'armement!
Ouais mais "l'équilibre de la terreur", t'en fais quoi?

A tant jongler avec la bombe
Un jour faudra bien qu'elle tombe
C'est son but et c'est notre lot...
Il faudra bien que ce jour vienne
Adieu, Paris et adieu, Vienne
Adieu Rome et Monte-Carlo... (JR Caussimon, "Nous Deux")

Équilibre ou pas, c'est ce qui attend l'humanité 1 de ces 4.
Et, partant, on aura 40 000 morts de plus au chômage... ce qui aura au moins le mérite d'inverser la courbe!

Remarquez, la "course à l'armement" "la course à la vente d'armes" va bon train de par le monde. Le catalogue d'Eurosatory (salon de l'armement) annonce, cette année 2016, pas moins de 18 exposants rien que pour la Slovénie, un pays de 2 millions d'habitants !

Donc l'optimisme est de rigueur.


 

Posté par Sitting Bull à 19:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Ça s'en va...

... et ça revient!

La curiosité est un vilain défaut...
Encore que... ce soir, ma curiosité me pousse sur la 5, histoire de voir si l'absence d'Yves Calvi, remplacé par Caroline Roux, a changé quelque chose dans le contenu de l'émission "C dans l'air".

T'as raison!
Trône en bout de table la reine Caroline distribuant la parole à: Carl Meeus (fig Mag), Jean Garrigues (Comité d'histoire parlementaire et politique-tel que!), Pascal Perrineau (Politologue-c'est un métier ça?) et Ghislaine Ottenheimer (Challenges). Autrement dit, les mêmes binettes que sous Calvi prônant une idéologie libérale assumée...

Bon, je me dis. Peut-être que Calvi a changé, lui, dans sa nouvelle émission sur LCI ("24 heures en questions" pour laquelle il doit être mieux payé que sur la 5). Je zappe donc sur LCI pour voir le père Calvi en bout de table régissant les propos de Philippe Dessertine (Économiste, à ce qu'il paraît), Bruno Jeudy (Paris Match), Christine Kerdellant (l'Usine Nouvelle) et Éric Heyer (OFCE-le chantre des réductions des dépenses publiques). Tous, des binettes qui s'affichaient chez le même Calvi dans "C dans l'air"!

Sans titre-Fusion-01

Résumons. Une émission/débat (?) sur la 5, une autre sur LCI avec les mêmes tronches qui squattent à nous saoûler les plateau télé. et je m'en vais bavasser ce soir sur la 5 pour, demain, parler pour ne rien dire sur LCI. Enfin, pour ne rien dire... pour endormir les téléspectateurs qui croient encore que Calvi et Roux sont d'aimables et impartiaux décortiqueurs de l'actualité.

Cerise sur le gâteau: si tu rates leur baratin en fin d'après-midi, t'as le droit à une session de rattrapage en soirée!

LCI fait ce qu'elle veut, je m'en tamponne le coquillard. Bouygues entretient sa danseuse comme il veut. Mais la 5! C'est notre pognon, notre redevance qui permet ce genre de spectacle affigeant! La rédaction n'a pas besoin d'un Bolloré pour mettre ses troupes au pas du libéralisme à tout crin!

Hier, sur Médiapart, avait lieu un débat d'une autre tenue sur la liberté d'informer. Je vous recommande d'y prêter une oreille attentive, d'autant qu'il en émerge des propositions fort intéressantes de la part de Julia Cagé, Edwy Plenel et de Laurent Mauduit.

Bon, faut savoir que le pouvoir se fout complètement des propositions en question. Mais qui sait, avec la pression populaire...


 

Posté par Sitting Bull à 19:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Manuela Carmena

Manuela Carmena, la maire de Madrid a une conception très personnelle de l'action politique, une conception dont feraient bien de s'inspirer nos "représentants" dans les différentes instances des appareils politiques, chez nous, en France.

"Il faut en finir avec les vieux tics de la pensée selon lesquels on continuerait, par exemple, de convaincre les gens en organisant des meetings. Ce qui me paraît fondamental et important c'est la possibilité qu'on donne aux citoyens pour agir et surveiller. Les individus ont de moins en moins besoins d'être représentés. Ils veulent agir par eux-mêmes."

L'exemplarité par la gestion municipale de sa ville: "Le pouvoir municipal c'est celui qui s'occupe de la rue et des personnes qui n'ont pas de foyer. Nous sommes les premiers mobilisés pour gérer cela".

La leçon politique de la maire «rebelle» de Madrid (Médiapart)

"Il faut oublier les schémas préconçus, les étiquettes, il faut penser aux gens, à leurs désirs, au bonheur auquel ils aspirent, à rendre possible leurs rêves. Il faut être très proche des gens".
C'est pas vraiment le chemin pris par nombre de candidats aux différentes primaires en vue de devenir chef des Français... Les intérêts personnels, les intérêts de caste sont tellement criants derrière les propos qui se veulent "pour le bien du peuple" que c'est à se demander pourquoi les citoyens se déplacent encore pour aller voter. Encore que, d'une élection à l'autre, il y en ait de moins en moins. Mais ne pas aller voter ne suffit pas!

"J'aime rappeler que ce sont souvent des innovateurs sociaux qui ont permis à l'humanité d'accomplir de grands pas en avant [...] Nous devons prendre soin de nos innovateurs sociaux.
J'aime beaucoup partir à la recherche de figures indépendantes venues de ces expérience dans le social. Je ne connais pas tout ce que j'aimerais connaître de la société française mais je les recherche. Je suis sûre qu'elles sont quelque part et, à un moment, elles apparaîtront".

"On est habitué à un discours politique qui pense l'erreur comme un échec. L'erreur c'est une manière d'apprendre. En politique, il faut travailler à partir de cette dynamique d'erreurs et de réussites. toute l'histoire de l'humanité est un apprentissage permanent".

"La gauche a échoué. Elle a travaillé en tournant le dos aux citoyens. Elle a oublié l'intérêt général". Propos à placer dans le contexte européen.

Pour l'heure, Manuela, les citoyens français auraient besoin de l'émergence d'innovateurs sociaux tels que toi. Ça urge!


Posté par Sitting Bull à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Léo

Une semaine passée les doigts de pied en éventail entre plage, vélo et lecture. Il a bien fallu rentrer!
À la maison, une soirée "spéciale" Léo Ferré m'attend dans le poste, sur France Inter. Moi, inconditionnel du vieux, j'en salive à l'avance!
N'est pas Jean-Louis Foulquier qui veut, loin s'en faut! Passons sur la première partie où l’Orchestre Philharmonique de Radio France reprend des musiques de Léo arrangées par Didier Benetti, sous la direction de Bruno Fontaine, pour en arriver à la seconde partie où des artistes interprètent quelques unes de ses chansons.
Bernard Lavilliers attaque avec "La mémoire et la mer". Je l'ai connu plus inspiré Nanard... Et (ni) Dieu sait qu'il est le digne héritier du (ni) Maître. Pourtant, ce soir là, pas en forme le Bernard.

 

"La mémoire et la mer" par Léo

Sans doute annonçait-il la tonalité de ce qui allait suivre.
Où est le souffle de "L'oppression" dans l'interprétation de Romain Humeau?

"L'oppression" par Léo

Suivent d'autres artistes moyennement inspirés parmi lesquels je retiendrai Philippe Katerine pour son interprétation de "Pépée" et Catherine Ringer avec "Le piano du pauvre".
Le final interprété conjointement par Bernard Lavilliers et Romain Humeau me donnera le coup de grâce. Satan ne mérite pas ça!

 

"Thank you Satan" par Léo

Vous l'aurez compris, les bavardages autosatisfaits sur la musique de Léo, les plates interprétations de ses chansons, tout ça ne m'a pas ravi... Peu-être ne suis-je pas objectif? Aussi, pour vous faire une idée vous pouvez écouter l'émission ici:

Autour de Léo

  • Comme à Ostende : Arno
  • L'oppression : Romain
  • Nous deux / Mokaeish
  • La solitude : Tim Dup
  • C'est extra : Christian Olivier
  • Avec le temps : Maissiat
  • L'affiche rouge : Cali
  • Pépée : Philippe Katerine
  • L'amour : Ala.NI
  • Le piano du pauvre : Catherine Ringer
  • Thank you Satan / Lavilliers

En guise de conclusion, je vous offre une de mes préférées:

 

"Madame la Misère"... toujours d'actualité, non?


 

Posté par Sitting Bull à 16:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Strange comings and goings...


À l'automne 2007, d'étranges allées-venues quotidiennes entre le chemin du Midi des fossés et la place d'Uzès attirent l'attention de Claudine et Lionel. Deux dames parfaitement inconnues traversent la place Centulle 1er, sous nos fenêtres, un petit baluchon et un récipient à la main... Intrigués, nous nous rapprochons de ces créatures venues de nulle part. Annie et Sarah signent leur acte de naissance à Castelnau Barbarens!

Annie

Après nos "Petits Suisses", nos "Petites Anglaises" sont rapidement adoptées par le village. Et quelles Anglaises!
Elles viennent d'acquérir un terrain sur lequel elles comptent bien construire de leurs propres mains une maison "écologique". Autant dire qu'elles passent pour des "extra terrestres" aux yeux d'une bonne partie de la population. En attendant elles plantent leur tente pour construire une "cabane" dans leur jardin, cabane sans eau, sans chauffage et sans sanitaires: d'où leurs trajets quotidiens aux toilettes et au point d'eau communaux. Suivront des hébergements occasionnels chez les uns et chez les autres.
Enfin, le squelette en bois de la future maison sort de terre... Elles s'attellent alors à un travail titanesque: le hourdage. Autrement dit, monter les murs en torchis. Et vas-y que je te malaxe terre, argile, paille et chaux dans de grandes gamelles pour en faire un torchis qu'elles s'appliquent à dresser avec leurs petites mimines! Et la plomberie, et l'électricité, et les finitions! Leur jolie petite maison est résolument le fruit de leur amour sur le sol de Gascogne.

Sarah, Annie.

IMG_3973

Annie a quitté la maison du Chemin des Fossés pour une destination inconnue, quelque part dans la galaxie ou bien dans un ailleurs dont nous ne soupçonnons même pas l'existence. Elle y retrouvera du beau monde, Vianney, Joseph, Dédé et d'autres amis sans doute, beaucoup plus proches d'elle.

Une Belle Personne.

Annie

Annie c'est un atelier d'Anglais : "Elle est tellement généreuse, que tu apprends... juste en te trouvant à ses côtés" (Muriel), c'est le "café nomade" où les amoureux des belles lettres se retrouvent pour partager leurs coups de coeur littéraires,  c'est la "gratiferia", genre de vide-grenier gratuit où tout se donne et tout se prend, c'est l'accent de Petula Clarck à la chorale de l'ARAD, c'est Tom Simpson sur son vélo le long des berges de la Garonne, c'est George Mallory sur les sentiers des Pyrénées, et, surtout, c'est un rêve de "Territoire en transition" pour son village d'adoption à partir d’initiatives locales, écologiques et solidaires.
Annie c'est encore des actes au quotidien, fidèle à ses convictions.

Une Anglaise débarquée (par hasard?) à Castelnau à un moment charnière de sa vie. Quitter le Hampshire pour venir s'implanter au milieu de nulle part chez l'ennemi héréditaire, fallait oser! D'autant que, sans vouloir offusquer notre belle Anglaise, lorsqu'elle est arrivée, elle n'était plus vraiment une jeune fille... disons une dame s'épanouissant pleinement après une vie passée auprès de ses étudiants... transmettre... c'est le mot juste pour définir un parcours tout en énergie associé à un tempérament so british...

Tu nous manques déjà. Si ton absence nous peine, tu ne souhaiterais certainement pas des pleurs et des lamentations.
Nous saurons évoquer ta présence parmi nous à grands coups d'éclats de rire lors de nos rencontres à venir avec Sarah.

Alors, vive la vie Annie!


 

Posté par Sitting Bull à 19:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

En passant par la Lorraine,

j’ai fait étape à Bure.

Bure, petit village du Sud Meusien qui, s’il ne connaît pas encore l’animation de Notre Dame des Landes, devrait faire parler de lui dans les mois qui viennent.

Bure, annexe de La Hague en Lorraine ?

Ah ! Déjà, La Hague, ça parle davantage ! La Hague, centre de traitement de nos déchets radioactifs qui attendent patiemment un lieu où il sera permis de…  les oublier ! C’est à la commune de Bure qu’il appartient de fournir à l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) le réceptacle de nos errements d’apprentis sorciers.

En 2017 l’ANDRA doit présenter une demande d’autorisation de création de CIGEO (Centre Industriel de stockage GÉOlogique) sur le site de Bure. Une enquête d’utilité publique est prévue en 2018. Pourtant, lorsqu’on se rend à Bure et sur les communes environnantes, l’ANDRA est installée en pays conquis !

En matière de nucléaire n’oublions pas AREVA (Le nom Areva n'est pas un sigle, il est inspiré par le nom d'une abbaye cistercienne à Arévalo, en Espagne, à l'image de laquelle l’industrie nucléaire française allierait la rigueur et la symétrie de l’architecture!).

Areva a été retenu en 2007 au sein du consortium chargé par le Département de l’Énergie des États-Unis (DOE) de la gestion et de l’exploitation du site de stockage WIPP, au Nouveau-Mexique. WIPP, c’est un centre pilote, un Bure miniature en quelque sorte.

Le 14 février 2014, un ou plusieurs des 258 colis de déchets enfouis à WIPP sont la source des rejets radioactifs et chimiques : la radioactivité a parcouru 900 m de tunnels et une distance d’au moins 2,4 km comprise entre la zone des rejets et la station de surveillance de l’air en surface mise en alerte. De l’américium 241, du plutonium 239 et 240 sont retrouvés dans des filtres. 21 employés du WIPP sont informés qu’ils ont été testés positifs à une contamination radiologique interne, principalement à l’américium 241. Une grande inquiétude saisit les riverains qui déplorent le manque d’informations claires et exactes. À savoir que la détection des poussières aériennes de plutonium et d’américium est complexe, longue et coûteuse. La ville proche, Carlsbad, exige des explications, la presse du Nouveau-Mexique est alarmante... (Sortir du Nucléaire, juillet 2014)

IMG_1390

En matière de nucléaire, les citoyens du monde sont servis... Three Mile Island, Tchernobyl, Fukushima, autant de réalités bien concrètes de ce que peut amener comme malheur un accident, un dysfonctionnement dans une centrale. Autant de visions apocalyptiques de ce qui nous attend tous un jour ou l'autre, "en mieux"... Un être humain normalement constitué dit "STOP" face au risque bien réel d'une catastrophe atomique menaçant la survie de l'humanité. Mais un être humain normalement constitué n'attend pas des retombées financières sur les dividendes que lui ramènent ses placements dans l'industrie nucléaire et, manifestement, les êtres humains de la filière nucléaire font passer l'argent avant la vie de leurs semblables.

Les centrales sont de véritables bombes nucléaires en surface. L'ANDRA nous amène le chaos sous terre en y enfouissant les saloperies radioactives produites en surface. Des saloperies efficientes pendant des centaines de milliers d'années pour certaines. Des saloperies prêtes à répandre calamité et malédiction sur la surface de la Terre à tout moment, à la façon d'un diablotin qui sort de sa boîte. Mais bon, si le moment a lieu dans 1000 ans, hein...

Les générations futures ont de quoi se faire du mourron.

Pour l'heure, si l'envie vous prend d'aller humer l'odeur des mirabelliers en fleurs ce printemps en Lorraine, allez donc rendre visite à "La Maison de la Résistance à la poubelle nucléaire de Bure" où une poignée d'actifs militants de BZL (Bure Zone Libre) vous expliqueront en quoi ce délire nucléaire est aussi votre affaire...

BURE Stop! en ligne


 

Posté par Sitting Bull à 12:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Et pis quoi encore?

Voter Estrosi?
Et pis quoi encore?
Aller cirer les pompes à la mère le Pen?

"Élections, piège à cons". La formule atteint sa plénitude en cette veille de deuxième tour des régionales. Vous savez? Ce redécoupage administratif censé nous porter au niveau d'une administration européenne digne de ce nom et, cerise sur le gâteau, censé faire plein d'économies aux caisses de l'État!

On va pas épiloguer sur ces fausses bonnes intentions. Loin des yeux, loin du coeur, c'est le but recherché par nos dirigeants qui ne supportent pas d'avoir le populo aux portes de leur bureau.
Ce qui est, par contre, d'un intérêt sans pareil pour nous autres la plèbe, c'est de voir le comportement de nos zélites zélues avant, pendant et, dès lundi, après les tours de scrutin. C'est pas tous les jours qu'on peut voir les clowns faire leur numéro à la télé, à la radio, dans les journaux..

s2

Alors il y a le clown blanc, celui qui orchestre ce grand bordel depuis son trône dont il a hérité en 2012. Lui, il fait des gaffes depuis qu'il a été intronisé clown blanc. Et ça fait rire la galerie. Rassurez-vous, vous et moi ne faisons pas partie de la galerie parce qu'on pleure ou qu'on rechigne. Des empêheurs de trôner en rond qu'on est. La galerie c'est les députés, les sénateurs, les hauts fonctionnaires, le MEDEF, les multi nationales, les Widenstein, Bolloré et autres Dassault... bref, ceux qui ont "réussi" quoi! En politique ou en affaires. Ceux qui peuvent se marrer parce que les conneries de clown blanc et de ses acolytes ne prêtent pas à conséquence, voire arrangeraient même quelque peu leurs intérêts.

Et pis il y a les autres têtes de clown, genre Bertolone, Estrosi, Sarkosi, Cambadelis, Wauquier... je ne vais pas les citer tous, vous les avez en tête je suis sûr. Et cette belle bande de rigolos s'évertue à mettre sur le devant de la scène du cirque les clowns bruns, les clowns genre "Dark Vador", ceux qui, disent-ils, ne font rire personne, ceux dont vous et moi devons avoir peur, les méchants qui guettent les faux pas des gentils pour prendre leur place. Et on y a droit à chaque représentation du grand cirque électoral!
Alors le chef en second des clowns prend un air sérieux, un air pas clown du tout, pour nous enjoindre de virer les malfaisants hors de la piste du cirque. Comme ça, dit-il, on pourra continuer à rigoler entre nous, avec vous! Mais ça, j'y crois pas trop. Déjà qu'on a du mal à rigoler du spectacle qu'ils offrent pour savoir quels clowns iront à la droite ou à la gauche du chef clown! En plus de ça, pour conserver leur statut de clown de la République, ils sont prêts à s'étriper les uns les autres. Même dans leur propre famille de clowns. Il n'y a qu'eux pour rire de ça...

Et voilà! Après avoir choisi un clown dimanche dernier, il nous faut les départager ce dimanche à venir. Mais qu'est-ce qui ressemble plus à un clown qu'un autre clown? Un de droite ou un de gauche? D'abord les clowns de gauche ressemblent comme des jumeaux aux clowns de droite. Et certains d'entre ceux-là ont même un air de famille avec les clowns bruns... Et nous, qui ne rigolons pas tous les jours, on nous demande de désigner celui qui aura sa part du gâteau régional...

Peut-être qu'on n'est pas obligé après tout...


 

Posté par Sitting Bull à 15:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Il n'y a pas de petits profits


Jeudi dernier, j'assistais avec quelques un(e)s de mes camaraes, à la séance du conseil municipal de mon village.

Le "ron-ron" de la séance prêtant volontiers à l'endormissement, une petite sonnette interne m'a sorti de la torpeur dans laquelle je sombrais doucement quand le maire fit part à l'ensemble des conseillers municipaux du texte ci-dessous:

"Exonération taxe foncière

Les terrains agricoles exploités selon un mode de production biologique peuvent désormais bénéficier d’une exonération de taxe foncière. Chaque conseil municipal, saisi par tout producteur bio peut ainsi délibérer dans ce sens avant le 31 octobre de l’année en cours. Cet avantage est accessible à tout nouveau producteur pendant les cinq premières années qui suivent sa conversion."

Effectivement, depuis quelque temps, quelle n'est pas notre surprise d'apprendre que tel ou tel "gros" céréalier se précipite au portillon de la région Midi-Pyrénées pour se "convertir en bio". Prise de conscience des méfaits de l'agriculture intensive et de son corollaire, les produits phytosanitaires?

Que nenni! L'auréole écolo qui illumine tout soudain certains personnages de la profession agricole est tout droit issue des délibérations du Conseil Régional: par un vote du 7 mai 2015, la région verse aux nouveaux convertis une aide de 300 € par hectare, non plafonnée, pendant 5 ans.
Aide dont devront se passer les agriculteurs bio installés depuis des années, pionniers de pratiques culturales respectueuses des plantes, des animaux, de l'environnement et des êtres humains. Faut pas déconner!

Nous apprenons donc par la voix du maire de la commune, qu'en plus des aides du CR, un céréalier exploitant 500 ha et qui se verra allouer une aide de 750 000 € durant 5 ans, peut également demander au conseil municipal d'être exonéré de la TF! Ben tiens, pourquoi se gêner!

Nous nous attendions à ce que le maire propose à son conseil de refuser une telle délibération au motif que la commune n'en a pas les moyens. D'autant plus que les dotations de l'État se réduisent en peau de chagrin et que les quelques sous qui rentrent dans les caisses municipales sont les bienvenus. Pas du tout. Il faut voir... il faut calculer si on perd... si c'est possible... gna gna gna... Bref, tourner autour du pot pour... ?

Si je me réfère au texte, la délibération devra être prise avant le 31 octobre. Problème, le prochain CM est prévu le 20 novembre...

On ne va tout de même pas faire une réunion extraordinaire pour ça?

bio 0001

bio 0002


 

 

 

Posté par Sitting Bull à 15:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Émotion pure...

« Stairway to Heaven », sorti en 1971, est souvent cité comme l’une des plus grandes chansons rock de tous les temps. Pour tout guitariste, apprendre chaque note de l’intro indispensable. Quand Ann et Nancy Wilson du groupe Heart sont venues sur scène pour la finale des « Kennedy Center Honors », leur interprétation de « Stairway » a instantanément envouté le public.

Robert Plant, chanteur célèbre de Led Zeppelin, a presque éclaté en sanglots lorsque les sœurs Wilson ont été rejointes par Jason, le fils du batteur de Led Zeppelin. Ceci est une des meilleures reprises de « Stairway To Heaven » qui n’ait jamais été chantées par personne. (The Kennedy Center Honors 2012 Led Zeppelin Sphere Emotion)


 

Posté par Sitting Bull à 15:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]

6 hommes en colère!

Six hommes interpellés à l'aube comme de vulgaires gangsters par la police de Manuel Valls devant leurs femmes et leurs enfants. Six hommes qui, parce qu'ils ont "pété les plombs" de désespoir sont désignés comme des voyous par le 1er de nos ministres. Six hommes qui ont oublié de péter la gueule aux affreux venus leur apprendre qu'ils allaient mettre sur la paille 3000 de leurs collègues et leurs familles. Six hommes en colère, six hommes poussés à bout par des malfaisants cajolés et protégés par le pouvoir en place...

C'est dire si la FNSEA a eu de la chance... pour ce qui est de "bousculer" et de "dégrader", elle en connaît un rayon la fédération des agro-buiseness-men! C'est dire si les Balkany, les Tapie, les Coppé, les Sarkozy, les Guéant et tous les autres doivent trembler chaque matin sur les coups de 6h. C'est dire si Jérôme Cahuzac a bien fait de prendre le maquis chez le descendant (?) de d'Artagnan. C'est dire si tous les fraudeurs du fisc doivent trembler au soleil des îles Caïman.

Bref, c'est dire que les propos de Mélenchon, de Xavier Mathieu, d'Olivier Besancenot, je les fais miens!

151012-air-france-garde-a-vue-chemise-lacoste-chimulus


Posté par Sitting Bull à 18:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]