HUMEUR...

C'est que le début d'accord, d'accord...


Je reviens sur mon précédent message où, très en colère ou très déçu, je voyais des connards partout...
Qu'il y ait des gens chez lesquels la conscience politique soit défaillante, ça ne fait aucun doute. Pour autant je ne voudrais pas leur jeter la pierre qui fait mal. Au cours de cette campagne je me suis rendu compte qu'il suffisait de parler avec les personnes qui envisageaient de voter FN pour leur faire toucher du doigt qu'il existe autre chose que la haine des autres pour avoir le sentiment d'exister.
Le processus qui amène des individus dans les bras du premier démagogue venu commence à l'école. En effet, qu'apporte l'école en matière d'éveil, de réflexion, de libre arbitre à l'enfant?* Les programmes scolaires sont avant tout des machines à inculquer du savoir et des connaissances en quantité pour, plus tard, faire correspondre le profil des adultes en devenir, de préférence disciplinés et malléables, aux attentes de futurs employeurs bien ancrés dans un monde où commerce et libre échange sont les valeurs phares, bien avant les concepts dépassés de fraternité, partage ou bonheur de vivre.
L'apprentissage de la libre pensée passé à la trappe, l'adolescent et l'adulte se trouvent rapidement enfermés dans un monde où compétition, compte en banque, bling-bling, sont les références de la réussite sociale. Macron ne promet-il pas de faire en sorte que chaque jeune Français puisse rêver de devenir milliardaire? Ajoutez à cette réjouissante perspective des heures de tête à tête avec Pujadas et Hanouna et le tour est joué: les maîtres du monde ont leur volant d'électeurs-tampons qui les protègent d'une vision apocalyptique du monde promue par des Mélenchon et des Insoumis.
Aussi je mets un bémol sur "l'insondable absurdité du genre humain" qui n'est pas une fatalité, plutôt une erreur d'aiguillage... Mais quel travail pour remettre les égarés sur les rails! C'est ce que font les militants Insoumis chaque jour. C'est ce qui a permis à Jean-Luc Mélenchon de faire reculer le FN dans certains quartiers, dans certaines villes où la parole a circulé entre habitants et militants de la France Insoumise. Force est de constater, qu'en face d'une population perdue, éructer à la manière d'une Le Pen est une stratégie plus efficace en matière de clientélisme. La pédagogie et la démagogie ne demandent pas les mêmes efforts...

* Une pensée aux instits qui ont une autre conception de l'éducation et qu font en sorte de développer le sens critique des enfants qu'ils éduquent.

 

Conférence de presse de la France insoumise 26-04-2017

Mon vote "Insoumis" du 2ème tour.
Ah! Ça cause sur les réseaux sociaux!
Ça cause aussi dans les gazettes, les radios et les télés. Mais là, nos éditocrates bien connus s'en donnent à coeur joie sur le non-appel de JL Mélenchon en faveur de Macron. Ils ne disent pas, bien entendu, que l'attitude du porte-parole des Insoumis est tout à fait conforme à ce qui est convenu depuis le début de la campagne. Et pour les Insoumis ça remonte à 1 an 1/2! Mais bon, on sait comment ils fonctionnent, s'ils s'aventurent à dire la vérité, plus de buzz! Du coup, les Corbière et autre Bompard s'égosillent à remettre les pendules à l'heure dès qu'ils ont un micro sous le nez... les chiens de garde sont teigneux.
Pas une voix pour la Le Pen. ben, ça leur suffit pas aux scribouillards. Ils veulent entendre "Moi, Jean-Luc Mélenchon, appelles les électeurs qui ont voté pour moi au premier tour, à donner leurs voix à Emmanuel Macron pour le deuxième tour". Parce que, comprenez-vous, il faut la consigne du CHEF! Tant pis si les Insoumis ont des options différentes pour le deuxième tour. Où plutôt, tant mieux, ça leur permettrait, à ces charognards, d'en remettre une couche: "Vous voyez, Mélenchon appelle à voter Macron et il n'est pas entendu par ses troupes... c'est la pagaille cette France Insoumise!" Hé ouais, ils en salivent d'avance les Cerbère du libéralisme. Je crains qu'on ne leur donne pas cette opportunité. Ça fait rien, ils continueront à faire leurs choux gras sur le vilain Mélenchon qui refuse de se prononcer.

Les Insoumis sont partagés entre le vote blanc, l'abstention ou le vote Macron ou, plutôt, le vote anti Le Pen. C'est vrai que la perspective d'un Macron à l'Élysée, c'est pas ma tasse de thé. Le représentant de tout ce que je déteste dans la gouvernance du monde actuel, le garant de l'évolution ultra-libérale de la société, l'ami des riches, des banquiers, du Cacarante... voter pour lui afin de faire barrage à l'autre?
Depuis mon dernier message, j'hésite entre le vote "Insoumis" et l'abstention. Compte tenu du fait que mon vote ne sera pas reconnu et que, par contre, faire grimper le taux d'abstention peut être significatif. Je me tâte..
En dernier recours, au vu de la précision des sondages du premier tour, si, vendredi soir, les sondages indiquent une possible victoire du fascisme, alors consentirais-je à me boucher le nez, à me parjurer, à me dégoûter, à m'humilier, à me flageller, à me renier, à me ridiculiser même pour aller glisser un bulletin de l'autre dandy dans l'urne... mais c'est pas gagné et les maux de tête vont me poursuivre toute la semaine... Le sentiment que tout a été organisé pour éliminer JLM au premier tour est encore vivace.


 

 

Posté par Sitting Bull à 11:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Et ça continue, encore et encore...

2017-04-24_09h10_09

À l’aube de mes 70 ans, une nouvelle fois l’immense, l’insondable absurdité du genre humain m’amène à constater qu’ "il n’y a pas d’alternative" à la connerie. Jamais la formule de la mère Thatcher n’a été aussi bien adaptée.

Macron, l’archétype du jeune con libéral prêt à tout est en tête de la course aux pouvoirs. Sur quelles bases les voix récoltées se sont-elles fondées pour le porter au pinacle ? Sur rien, du vent, des courants d’air, une belle gueule (?), des yeux bleus et une fraîcheur toute relative. Par « rien », j’entends que les électeurs du dandy libéral n’ont même pas été fichus de voir qu’il leur propose tout simplement la continuité du système hollando-socialo-libéral, en pire !

Je jette l’éponge et renonce à aller plus loin dans l’analyse du comportement d’une foule sans doute maraboutée par les "spécialistes" et autres éditorialistes "au chaud dans leur studio" qui rabâchent depuis des mois, via les "étranges lucarnes", la lancinante litanie du bonheur  ultra libéral.

b_1_q_0_p_0À contrario, les hommes et les femmes qui mettent en avant des perspectives humanistes, sociales, écologiques ont bien du mal à faire entendre au plus grand nombre que « vivre » c’est tout de même pas si compliqué… suffit d’y mettre un peu de soi. Et c’est là que le bât blesse. D’aucuns parmi les tenants du pouvoir politique et financier n’ont aucune envie d’y mettre "du leur" et peu leur importe de savoir si leurs congénères vivent « heureux » ou pas. Hier soir monsieur Gattaz et madame Merkel buvaient du petit au fur et à mesure que leur apparaissaient les chiffres du premier tour.

J’appartiens et appartiendrai toujours à cette "France Insoumise" qui ose prétendre qu’un autre monde est possible, que vivre ensemble n’est pas qu’une formule. Pour autant le volant d’êtres humains dans l’incapacité d’entrapercevoir le rai de lumière  qui existe derrière leur misère et leur désarroi est manifestement trop important pour espérer, un jour, changer de cap. Ajoutons à cela que les gardiens du Temple entretiennent leur Cerbère pour éviter qu’une éventuelle lucidité du peuple vienne remettre en cause le bel ordre établi. La parodie de démocratie a un bel avenir assuré. Le FN et la Le Pen aboient juste quand il le faut pour effrayer ceux qui rechignent à adhérer à la belle mondialisation des start-up et des multinationales. Après demain, ceux qui les tiennent en laisse les remettront à la niche avec l’aide de ceux-là mêmes qui les combattent. On n’est pas à un paradoxe prêt, pas vrai ?

Ben non ! Qu’elles se débrouillent entre elles les belles personnes en marche et les moins belles du FN. Marre d’être pris en otage par des politiciens qui ne pensent qu’à eux, qu’à sauvegarder leur fauteuil ! Ça fait 50 ans que, plus ou moins docilement, je rentre dans ce jeu où le perdant c’est toujours ma pomme.

J’en ai oublié un dans l’histoire. Mais que dire de ce pauvre gars lâché par les siens dans des conditions infâmes et qui n’a même pas été foutu de leur rentrer dedans… rien.

Rendez-vous dans quinze jours dans les isoloirs. Mon enveloppe est prête, avec un bulletin « France Insoumise » dedans.

 « À la fin c’est nous qu’on va gagner ! ». Ruffin, aide-moi, j’ai de plus en plus de mal à y croire !


 

Posté par Sitting Bull à 09:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

Le ciel me tombe sur la tête !

Voila-t-y pas qu’un de mes meilleurs potes m’annonce sans prévenir qu’il a l'intention de voter Macron au premier tour de l’élection présidentielle à venir… T’ain ! Y’a de quoi tuer son meilleur ami que de dire des choses comme ça ! Heureusement, ma vieille carcasse a encore le cœur assez costaud pour encaisser ce genre de déclaration.

la_liberte_guidant_le_peuple

Le danger est là… la blonde est toute prête à sortir de sa boîte tel le diablotin avec ses cornes et sa fourche me dit mon pote Léo*. « Et alors ? » je lui réponds façon Fillon. Ça fait 40 ans qu’on nous la serine celle-là. 40 ans qu’on se fait baiser par une bande d’incapables qui se l’entretiennent bien au chaud la Walkyrie, histoire de la ressortir à chaque élection afin qu’ils puissent réinstaller leur gros cul sur le banc de l’Assemblée Nationale.

Le vote utile ! Pour qui il est utile le vote?

« Voter Macron est un choix raisonné faisant l’analyse concrète d’une situation concrète » se gargarise le Coco Patrick Braouezec !
Oh mon Léo ! Tu vas pas finir comme ces vieux machins déjà perdants (et perdus) intoxiqués qu’ils sont par des putains de sondages dont on sait pertinemment qu’ils n’existent que pour porter Macron, c'est-à-dire le libéralisme érigé en vertu par nos despotes européens, aux commandes de la France.

Éviter que des trublions ne viennent perturber le bel ordre français, européen et mondial, c’est la seule raison d’être de la mère Le Pen (pour la grande frayeur) et de l’insignifiant Macron (pour la continuité sans le changement). Et vas-y que les gazettes (aux mains de qui vous savez, et si vous savez pas, renseignez-vous nom de dieu !) et les instituts de sondage (idem) manipulent à qui mieux mieux les intentions de vote des futurs électeurs.

Aujourd’hui, alors que les sondages ont montré leur éclatante clairvoyance lors des primaires de la droite, de la gauche, lors du Brexit, de l’élection Étatsunienne, des élections aux Pays Bas, c’est aujourd’hui qu’on nous somme de les prendre en compte pour « voter utilement » !

Qu’ils aillent se faire foutre ces oiseaux de mauvais augure ! J’ai décidé de voter par conviction ! Pour mes idées !

Seules les erreurs passées, voire les forfaits des précédents gouvernements, des professionnels de la politique scotchés sur leur fauteuil d’élus depuis des lustres, uniquement soucieux de préserver leurs prérogatives, leurs parcelles de pouvoir et d’intérêts très particuliers pourraient être à l’origine de la venue des chemises brunes… On n’en est pas là, loin s’en faut.

Bon, Léo, faut qu'on reparle de tout ça sérieusement...

Il est urgent de passer à une 6ème république pour assainir les recoins nauséeux de nos institutions.

* Le prénom a été changé parce que, faut pas déconner, c’est pas parce qu’il a eu un moment d’égarement qu’il me faut livrer mon pote à la vindicte populaire. Seraient capables de le lyncher les Mélenchoniens !


 

Posté par Sitting Bull à 09:39 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Le détail qui tue

Bon, c’est bien joli les « affaires » Fillon et Le Pen mais pendant que les éditorialistes en font leurs choux gras, les parlementaires, manifestement pas concernés par ces délits (ah merde ! la présomption d’innocence !) ont profité d’une proposition de loi pour arranger à leur sauce les délits financiers à venir.

Au départ, la proposition de loi déposée par Alain Tourret (PRG) et Georges Fenech (LR) avait de la gueule : « ce texte double les délais de prescription pour les crimes et délits. Le délai de prescription d’un délit passe donc de 3 ans à 6 ans et celui d’un crime de 10 ans à 20 ans… » (Anticor 16/02). Ouais, mais faut croire qu’il existe délit et… délit !

« J’ai un petit amendement à proposer » aurait dit notre socialiste ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas, le 13 octobre 2016 lors de l’examen du texte au Sénat (Mediapart). En fait de « petit amendement », il s’agit ni plus, ni moins que de protéger les arrières de la délinquance en col blanc : le texte propose en effet de faire courir un délai de prescription de 12 ans à partir du moment où la fraude est découverte. Impossible d'aller au-delà. Un retour en arrière complet par rapport à la législation en vigueur contre les délits financiers. Pour y voir plus clair je vous invite à consacrer deux minutes aux explications pertinentes de Ludo Torbey, le sympathique animateur du blog « Osons causer » qui s’est mis au défit de « réfléchir sur des trucs complexes et sérieux avec des plan simples et des mots simples ».

Autrement dit, si tu as arnaqué l’État et tes compatriotes, si tu as détourné de l’argent public, débrouille-toi pour qu’on découvre le pot aux roses 12 ans après ton forfait ! Je les vois d’ici les Balkany en herbe gamberger pour monter des coups par sociétés offshore et paradis fiscaux interposés.

Bien. Les députés ont voté cette loi le 16 février dans l’indifférence générale. Elle a été promulguée le 27 février 2017 et publiée au Journal Officiel du 28 février 2017. Voilà, c’est plié !

Mais attend !
Horreur suprême !

Le lundi 27 février Benoît Hamon, tu sais, celui qui inscrit dans son programme une certaine idée de la transparence et de l’éthique en matière d’utilisation de notre argent à tous, (celui qu’on donne via nos impôts pour améliorer les services publics et les conditions sociales des plus démunis), et bien, Benoît Hamon était l’invité du « Grand Format » dans le cadre de la matinale d’Inter.
À la question d’un auditeur : « Monsieur Hamon, avez-vous voté la loi portant réforme de la prescription en matière pénale ? », le Hamon en question répond : « Elle a été votée quand ? ». Incroyable ! Une loi qui permet aux criminels en col blanc de se servir allègrement dans l’argent des contribuables en ayant les atouts pour pouvoir échapper à la justice des gens ordinaires, une telle loi a échappé à la sagacité de notre socialiste de la « République exemplaire » ?

 

 Écouter à partir de la 12ème minute

Admirez l'artiste qui esquive vite fait la question en ramenant sur le tapis la lutte contre l'évasion fiscale...
"Le diable est dans les détails" titre Anticor... et il est des détails qui tuent, Benoît Hamon!

Et, pour la touche finale: "Des centaines de milliers de Roumains manifestent contre la corruption de leurs dirigeants". Il serait temps qu'on en prenne de la graine!

 


 

Posté par Sitting Bull à 12:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Enterre mon coeur...

à Woundned Knee.

11

Après l'assassinat de Sitting Bull le 15 décembre 1890 eut lieu le 29 décembre de cette même année le massacre de Wounded Knee. La cavalerie américaine a ouvert le feu sur les Lakotas déplacés dans le camp de Woundned Knee, massacrant hommes désarmés, femmes et enfants. 300 "Êtres Humains" furent jetés dans une fosse commune.

Cet épisode sanglant mit un terme aux "guerres indiennes" en cours depuis 1778 et durant lesquelles plus de 400 traités furent signés avec les peuples "Peaux-Rouges". Aucun ne fut respecté par les différents gouvernements américains.

Dans une actualité toute chaude, le gouvernement actuel des États Unis a belle mine de ne pas opposer son veto à la dernière résolution de l'ONU réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens... Les différents gouvernements israéliens n'ont jamais, pour leur part, respecté les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité... tout comme leurs fidèles alliés étasuniens n'ont jamais respecté les traités signés avec les tribus Peaux-Rouges...

Amis Indians Natives, le grand Manitoo vous a donné la force d'envoyer paître les compagnies pétrolières qui voulaient faire passer leur "Black Snake" au milieu de vos terres sacrées. Pourtant, au regard de votre histoire, je mettrais sérieusement en doute la décision du 3 décembre 2016. Le corps administratif en charge de délivrer le permis de creuser à Standing Rock revient sur son jugement du printemps dernier... et, suivant la tradition des Visages Pâles, pourrait revenir sur sa volte face un de ces jours prochains...
Et l'esprit malade de Face de Crotale Donald Trump n'est pas à même de nous rassurer. Lui aussi est prêt à signer n'importe quoi pour, en définitive, faire comme il l'entend.

1778-2016... les maîtres du monde ne changent pas de stratégie pour éradiquer les empêcheurs de posséder en rond...

En cette journée particulière du 29 décembre mon coeur rejoint le plus naturellement les coeurs brisés à Wondned Knee.

Big Foot

Chef Big Foot, mort dans la neige pendant le massacre du 29 décembre 1890.


 

Posté par Sitting Bull à 18:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Coucou!

Sans titre-Fusion-03"Humeur...", blog laissé à l'abandon par son auteur...
Et l'actualité récente le conforte dans son inactivité:

Lagarde meurt mais ne se rend pas... Le général Michel, mort sur le champ de bataille à Waterloo, doit se retourner dans sa tombe! Mémère est increvable, elle!  Et elle emmerde les gueux qui braillent à l'injustice!

Pépère François et sa garde rapprochée ne sont même pas foutus de filer un peu de blé aux smicards en guise de cadeau de Noël.
Alors? Que dire d'une vieille peau qui palpe 380.000 € d'argent de poche (exonérée qu'elle est d'impôt en tant que fonctionnaire internationale) face à 2 millions de gueux qui rament pour percevoir péniblement 1130€ soumis, eux, à l'impôt sans oublier tous ceux qui ne perçoivent même pas le SMIC, qui vivent sous le seuil de pauvreté, sous le minimum vieillesse!...

Grande dame, Mémère lâche aux médias esbaudits: "J'ai été déclarée négligente mais sans condamnation, sans sanction, sans inscription de cette décision. Je n'en suis pas satisfaite, mais il arrive un temps où il faut juste stopper, tourner la page et passer à autre chose, continuer à travailler avec ceux qui me font confiance" C'est trop! Avoir un sens du sacrifice de cette hauteur mérite une breloque du style Légion d'Horreur... et de rajouter: "Je suis donc très heureuse de ne pas faire appel de cette décision et de concentrer toute mon attention, tout mon temps, tous mes efforts, toute mon énergie et mon enthousiasme à ma mission à la tête du FMI". Alors là, c'est le top du top dans l'abnégation!

Alep et les Syriens bombardés à longueur de journées ne peuvent que s'effacer devant tant de classe...

Voilà une des raisons pour lesquelles je ne trouve plus l'inspiration pour commenter notre quotidienne réalité. Je préfère laisser ça à Laurent Joffrin, Christophe Barbier et autres Yves Calvi tellement plus qualifiés que moi. C'est étrange tout de même de les écouter pérorer pour ne rien dire...


Posté par Sitting Bull à 18:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]

A tant jongler avec la bombe

Quel plus grand paradoxe que celui de semer la mort pour pouvoir vivre?

Nos spécialistes de l'économie, nos éditorialistes-caméléons, nos zélus qu'on a même pas élus,  débordent d'un enthousiasme "cocoricotesque" lorsque l'industrie de l'armement réussit "le contrat du siècle" (on y a droit à chaque fois) en fourgant, par exemple, 36 Rafales à l'Inde, des chars Leclerc et autres blindés à nos amis des Émirats, des bombes à fragmentation à qui n'en veut...
Nos syndicalistes saluent, unanimes, les promesses d'emploi pour les années à venir. Promesses d'emploi pérenne tant qu'il y aura des gens à tuer. Et au rythme de l'évolution de la population mondiale, il y a encore de beaux jours à inventer et à fabriquer des trucs qui tuent. Et puis, c'est pas le rôle d'un syndicat de se poser des questions existentielles! Surtout quand ça concerne des existences loin de chez nous.

b_1_q_0_p_0

Qu'en pensent les Syriens (et autres Maliens etc.) qui se prennent sur la gueule des bombes françaises, larguées par des avions français (pas que!)? Qui se font déchiqueter par des balles fabriquées chez nous? Pour fuir ces engins de mort ils se réfugient dans "le pays des Droits de l'Homme" où ils sont accueillis à bras ouverts... Euh...

Reprenons...

Jeannot travaille chez Dassault où il est très fier de bosser 39h payé 35... je mégare...
Jeannot travaille chez Dassault, à l'usine de Mérignac, où il est très fier de participer au montage d'avions "Rafale" hyper performants. Akim se prend quotidiennement sur la gueule des bombes fabriquées par la Société des Ateliers Mécanique de Pont-sur-Sambre (SAMP). Donc, Akim ne songe qu'à une chose, sauver sa peau en traversant la Méditerranée à la nage pour se réfugier à Mérignac où aucune bombe ne viendra le faire cauchemarder toute les saintes journées que Dieu (?) fait.

C'est bon, vous suivez?
Oui mais voilà qu'un comité anti-réfugiés lui fait comprendre qu'il n'est pas le bienvenu parce qu'il va piquer le boulot de Jeannot à l'usine d'assemblage de Mérignac... La boucle est bouclée!

Y'a de quoi devenir chèvre, pas vrai?

Anne, ma soeur Anne, entends-tu la France qui béguète, qui bêle, qui chevrote? Que nenni Sitting Bull... la France, dans sa grande majorité n'en a rien à secouer des métèques qui viennent occuper un espace où il fait bon respirer sans crainte... surtout l'espace de nos ancêtres les Gaulois...

Est-il envisageable de supprimer toute fabrication d'armes de destruction massive dans notre beau pays?
Ben non. Passque:
1) la défense du territoire
2) l'emploi de 40 000 personnes.
Bon, quand un paquet de bombes atomiques viendront vitrifier notre belle France (et que, réciproquement, on aura le temps d'aller vitrifier ces sales Russes, Chinois, Arabes, et + si affinités), elle aura belle mine notre industrie de l'armement!
Ouais mais "l'équilibre de la terreur", t'en fais quoi?

A tant jongler avec la bombe
Un jour faudra bien qu'elle tombe
C'est son but et c'est notre lot...
Il faudra bien que ce jour vienne
Adieu, Paris et adieu, Vienne
Adieu Rome et Monte-Carlo... (JR Caussimon, "Nous Deux")

Équilibre ou pas, c'est ce qui attend l'humanité 1 de ces 4.
Et, partant, on aura 40 000 morts de plus au chômage... ce qui aura au moins le mérite d'inverser la courbe!

Remarquez, la "course à l'armement" "la course à la vente d'armes" va bon train de par le monde. Le catalogue d'Eurosatory (salon de l'armement) annonce, cette année 2016, pas moins de 18 exposants rien que pour la Slovénie, un pays de 2 millions d'habitants !

Donc l'optimisme est de rigueur.


 

Posté par Sitting Bull à 19:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Ça s'en va...

... et ça revient!

La curiosité est un vilain défaut...
Encore que... ce soir, ma curiosité me pousse sur la 5, histoire de voir si l'absence d'Yves Calvi, remplacé par Caroline Roux, a changé quelque chose dans le contenu de l'émission "C dans l'air".

T'as raison!
Trône en bout de table la reine Caroline distribuant la parole à: Carl Meeus (fig Mag), Jean Garrigues (Comité d'histoire parlementaire et politique-tel que!), Pascal Perrineau (Politologue-c'est un métier ça?) et Ghislaine Ottenheimer (Challenges). Autrement dit, les mêmes binettes que sous Calvi prônant une idéologie libérale assumée...

Bon, je me dis. Peut-être que Calvi a changé, lui, dans sa nouvelle émission sur LCI ("24 heures en questions" pour laquelle il doit être mieux payé que sur la 5). Je zappe donc sur LCI pour voir le père Calvi en bout de table régissant les propos de Philippe Dessertine (Économiste, à ce qu'il paraît), Bruno Jeudy (Paris Match), Christine Kerdellant (l'Usine Nouvelle) et Éric Heyer (OFCE-le chantre des réductions des dépenses publiques). Tous, des binettes qui s'affichaient chez le même Calvi dans "C dans l'air"!

Sans titre-Fusion-01

Résumons. Une émission/débat (?) sur la 5, une autre sur LCI avec les mêmes tronches qui squattent à nous saoûler les plateau télé. et je m'en vais bavasser ce soir sur la 5 pour, demain, parler pour ne rien dire sur LCI. Enfin, pour ne rien dire... pour endormir les téléspectateurs qui croient encore que Calvi et Roux sont d'aimables et impartiaux décortiqueurs de l'actualité.

Cerise sur le gâteau: si tu rates leur baratin en fin d'après-midi, t'as le droit à une session de rattrapage en soirée!

LCI fait ce qu'elle veut, je m'en tamponne le coquillard. Bouygues entretient sa danseuse comme il veut. Mais la 5! C'est notre pognon, notre redevance qui permet ce genre de spectacle affigeant! La rédaction n'a pas besoin d'un Bolloré pour mettre ses troupes au pas du libéralisme à tout crin!

Hier, sur Médiapart, avait lieu un débat d'une autre tenue sur la liberté d'informer. Je vous recommande d'y prêter une oreille attentive, d'autant qu'il en émerge des propositions fort intéressantes de la part de Julia Cagé, Edwy Plenel et de Laurent Mauduit.

Bon, faut savoir que le pouvoir se fout complètement des propositions en question. Mais qui sait, avec la pression populaire...


 

Posté par Sitting Bull à 19:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Manuela Carmena

Manuela Carmena, la maire de Madrid a une conception très personnelle de l'action politique, une conception dont feraient bien de s'inspirer nos "représentants" dans les différentes instances des appareils politiques, chez nous, en France.

"Il faut en finir avec les vieux tics de la pensée selon lesquels on continuerait, par exemple, de convaincre les gens en organisant des meetings. Ce qui me paraît fondamental et important c'est la possibilité qu'on donne aux citoyens pour agir et surveiller. Les individus ont de moins en moins besoins d'être représentés. Ils veulent agir par eux-mêmes."

L'exemplarité par la gestion municipale de sa ville: "Le pouvoir municipal c'est celui qui s'occupe de la rue et des personnes qui n'ont pas de foyer. Nous sommes les premiers mobilisés pour gérer cela".

La leçon politique de la maire «rebelle» de Madrid (Médiapart)

"Il faut oublier les schémas préconçus, les étiquettes, il faut penser aux gens, à leurs désirs, au bonheur auquel ils aspirent, à rendre possible leurs rêves. Il faut être très proche des gens".
C'est pas vraiment le chemin pris par nombre de candidats aux différentes primaires en vue de devenir chef des Français... Les intérêts personnels, les intérêts de caste sont tellement criants derrière les propos qui se veulent "pour le bien du peuple" que c'est à se demander pourquoi les citoyens se déplacent encore pour aller voter. Encore que, d'une élection à l'autre, il y en ait de moins en moins. Mais ne pas aller voter ne suffit pas!

"J'aime rappeler que ce sont souvent des innovateurs sociaux qui ont permis à l'humanité d'accomplir de grands pas en avant [...] Nous devons prendre soin de nos innovateurs sociaux.
J'aime beaucoup partir à la recherche de figures indépendantes venues de ces expérience dans le social. Je ne connais pas tout ce que j'aimerais connaître de la société française mais je les recherche. Je suis sûre qu'elles sont quelque part et, à un moment, elles apparaîtront".

"On est habitué à un discours politique qui pense l'erreur comme un échec. L'erreur c'est une manière d'apprendre. En politique, il faut travailler à partir de cette dynamique d'erreurs et de réussites. toute l'histoire de l'humanité est un apprentissage permanent".

"La gauche a échoué. Elle a travaillé en tournant le dos aux citoyens. Elle a oublié l'intérêt général". Propos à placer dans le contexte européen.

Pour l'heure, Manuela, les citoyens français auraient besoin de l'émergence d'innovateurs sociaux tels que toi. Ça urge!


Posté par Sitting Bull à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Léo

Une semaine passée les doigts de pied en éventail entre plage, vélo et lecture. Il a bien fallu rentrer!
À la maison, une soirée "spéciale" Léo Ferré m'attend dans le poste, sur France Inter. Moi, inconditionnel du vieux, j'en salive à l'avance!
N'est pas Jean-Louis Foulquier qui veut, loin s'en faut! Passons sur la première partie où l’Orchestre Philharmonique de Radio France reprend des musiques de Léo arrangées par Didier Benetti, sous la direction de Bruno Fontaine, pour en arriver à la seconde partie où des artistes interprètent quelques unes de ses chansons.
Bernard Lavilliers attaque avec "La mémoire et la mer". Je l'ai connu plus inspiré Nanard... Et (ni) Dieu sait qu'il est le digne héritier du (ni) Maître. Pourtant, ce soir là, pas en forme le Bernard.

 

"La mémoire et la mer" par Léo

Sans doute annonçait-il la tonalité de ce qui allait suivre.
Où est le souffle de "L'oppression" dans l'interprétation de Romain Humeau?

"L'oppression" par Léo

Suivent d'autres artistes moyennement inspirés parmi lesquels je retiendrai Philippe Katerine pour son interprétation de "Pépée" et Catherine Ringer avec "Le piano du pauvre".
Le final interprété conjointement par Bernard Lavilliers et Romain Humeau me donnera le coup de grâce. Satan ne mérite pas ça!

 

"Thank you Satan" par Léo

Vous l'aurez compris, les bavardages autosatisfaits sur la musique de Léo, les plates interprétations de ses chansons, tout ça ne m'a pas ravi... Peu-être ne suis-je pas objectif? Aussi, pour vous faire une idée vous pouvez écouter l'émission ici:

Autour de Léo

  • Comme à Ostende : Arno
  • L'oppression : Romain
  • Nous deux / Mokaeish
  • La solitude : Tim Dup
  • C'est extra : Christian Olivier
  • Avec le temps : Maissiat
  • L'affiche rouge : Cali
  • Pépée : Philippe Katerine
  • L'amour : Ala.NI
  • Le piano du pauvre : Catherine Ringer
  • Thank you Satan / Lavilliers

En guise de conclusion, je vous offre une de mes préférées:

 

"Madame la Misère"... toujours d'actualité, non?


 

Posté par Sitting Bull à 16:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]