HUMEUR...

Merdia

" Jamais un rassemblement agricole dans le Tarn n'avait attiré autant de médias. C'est derrière une forêt de caméras, de micros et d'appareils de photos qu'on a défilé dans le calme" (La dépêche édition numérique du 16/11/2014)

IMG_20141115_143722" Jamais un rassemblement populaire à Toulouse n'avait été snobé par les médias. C'est avec l'absence manifeste de journalistes de la Dépêche du Midi qu'on a défilé dans le calme."

Dimanche 16 novembre, le lendemain du 15 où avait lieu à Toulouse une manifestation anti-austérité dont les lecteurs de la Dépêche (édition papier du Gers) peuvent toujours en chercher la moindre trace dans l'édition dominicale de leur journal préféré... Pourtant, le boulevard de Strasbourg était noir de monde ce samedi. L'austérité n'a pas pour autant cassé la bonne humeur des manifestants qui chantaient et dansaient tout en dénonçant la politique sociale du gouvernement actuel.
La Dépêche considère que tout va bien au royaume des socialistes régnants et l'appel national du collectif "3A" n'avait aucune raison d'être... Quant aux "pue-la-sueur" qui ont battu le pavé hier dans les rues de Toulouse, ils n'avaient qu'à se rendre à Albi où la FNSEA et les "pro-barrage" ont eu droit à un traitement de faveur de la part des journalistes de la DdM et à une pleine page de pube ce dimanche pour promouvoir le barrage du Testet.

Aucun journaliste de la Dépêche ne réagira à un tel déséquilibre dans le traitement de l'info? Je n'ose le croire... Pourtant, j'ai parcouru les colonnes à m'en crever les yeux et je dois bien me rendre à l'évidence, rien sur les milliers de gens qui défilaient boulevard de Strasbourg. Alors que le silence était de mise pour ne pas annoncer les manifs anti-austérité et leurs mots d'ordre, il est toujours d'actualité pour ne surtout pas expliquer pourquoi des Français se mobilisent contre les "réformes" qui mettent à mal, chaque jour davantage, la démocratie et leurs conditions de vie.

IMG_20141115_160559Monsieur Baylet a passé les consignes. Le président du conseil général du Tarn et Garonne partie prenante à Sivens, propriétaire de la Dépêche, président des radicaux de gauche (à ne pas confondre avec la gauche radicale!) a toute latitude pour indiquer ce qu'il est bon de publier ou pas dans son journal: ne pas froisser ses amis au gouvernement et caresser la FNSEA dans le sens du poil... La rédaction et les journalistes acceptent sans moufter... réveillez-vous!

Jusqu'à présent j'achetais régulièrement la Dépêche (pour les "locales" comme on dit par ici). À compter de demain j'irai jeter un coup d’œil aux "locales" au bistrot mais il n'est plus question de mettre un centime d'euro dans ce torchon.

NB:
J'ai voulu passer cette contribution dans les commentaires de la Dépêche, j'ai eu ce message en retour:

"Bonjour,
Nous vous remercions pour votre contribution.
Malheureusement elle comporte une expression ou un mot refusé par notre charte de modération (voir la charte).
Veuillez reformuler votre propos afin que votre message soit validé."

J'ai remplacé le mot "torchon" par "journal" et j'ai eu le même message... je vois pas ce que je pourrai retirer d'autre...

IMG_20141115_155427


 

Posté par Sitting Bull à 15:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Adishatz Georges...


Couverture bulletin novembre 2009

Le dernier "campanè" de Castelnau tire sa révérence.

Marie-Cécile, Caroline, Dame Marie et Outtierte sonneront bien tristement le départ de Georges vers des pays inconnus...

Bulletin Municipal de Castenau Barbarens novembre 2009:

Bien installées dans leur reposoir de la tour du XIIIème, Marie-Cécile, Caroline, Dame Marie et Outtierte sont les meilleures copines de Georges depuis près d'1/4 de siècle sans qu’Alice, son épouse, n'en soit contrariée pour autant !
D’ailleurs c'est elle, Alice, qui les lui a présentées, à Georges, ces 4 gamines âgées de 118 ans !
Après monsieur DUFFORT, c'est à elle qu'échoit la lourde responsabilité de les faire s'exprimer tous les midis de chaque jour, à chaque office, aux mariages, baptêmes, obsèques. Alice et Georges savent tirer du bronze dont elles sont faites les sons familiers aux oreilles des Castelnausiens.
C'est bien des cloches dont il s’agit ici. Elles en ont connu des générations de "campanès " entre les "officiels" engagés par la commune et les bénévoles. Citons, entre autres, la participation des familles 6UERLIN, MONFERRAN et BIFFI.
Sonneries "à la volée" nécessitant 4 personnes pour fêter un mariage ; annonces, plus sobres, des chers disparus, tous les "campanès" ont
perpétué la tradition des carillonneurs.
Sachez qu'au décès d'une personne, la veille des obsèques, midi et soir, 3 coups répétés 9 fois accompagnés du glas annoncent la disparition
d'un homme...les dames, elles, n'ont droit qu’à 2 sonneries seulement...même ici la parité n'est pas de mise ! L'opération se répète 1h avant les obsèques, à l’arrivée du corps à l'église et à sa sortie.
Aux mariages,la sonnerie, plus joyeuse, est effectuée "à la volée" et nos cloches, activées par 4 paires de mains, s'en donnent à cœur joie !
Les communions et les baptêmes n’ayant plus lieu à l'église de Castelnau, nos 4 vieilles Dames vivent un drame social et se retrouvent....au chômage technique !
A noter que leur départ vers Rome le jeudi de Pâques laisse le village orphelin jusqu'à leur retour pour l'office pascal. Réservées aux choses de la religion catholique, elles n'honorent pas le mariage civil...Des faits antérieurs, sujets à polémiques, ont amené Alice et Georges à décliner toute demande en ce sens pour éviter "les cloches de la discorde" !
À la question de savoir si la tradition se perpétuera après eux, Alice et Georges ont bien peur d'être les derniers "campanès".

IMGP2961
Adishatz Georges, passe le bonjour aux deux Maurice et à tous les autres...


 

Posté par Sitting Bull à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les dernières nouvelles de demain

 

gtabouis01"Je souhaite que la France puisse continuer à mettre en valeur les immenses richesses du Nord-Ouest canadien, que ce soit dans les techniques d'exploitation, de transformation, d'acheminement des hydrocarbures, ou que ce soit dans la construction d'infrastructures" (La Tribune)

Bon, dans le genre "faites ailleurs ce que vous ne pouvez pas faire chez nous (pour le moment!)", Pépère se la pète sévère...

À peine le GIEC vient-il de tirer le signal d'alrme (pour la 5ème fois!), môssieur le président de la république française s'en va parachever, à titre posthume, le boulot de de Margerie. Car c'est bien là, au Canada, dans la province de l'Alberta, que Total investit 5 milliards de dollars canadiens (3,5 milliards d'euros) dans l'exploitation des sables bitumineux. Provocation? Message subliminal?

Attendez-vous à savoir que notre cher président envisage de venir faire le même numéro en Ile de France ou dans le Sud Ouest après que Ségolène Royal, conseillée par le futur cabinet conseil Montebourg and Co, aura découvert que, finalement, le gaz de schiste sent bon la chlorophylle...

Ces attitudes présidentielles ne prêtent plus à rire.
Ajoutez à cela la volonté de Valls pour finaliser Notre Dame des Landes et les godillots du conseil général du Tarn faire dans leur froc sous la pression de la FNSEA et on a une lecture surréaliste de la transition énergétique.

Pépère va causer dans les étranges lucarnes ce soir. M'étonnerait qu'il fasse son mea-culpa sur ces différents dossiers.
"Heu... bon, la courbe du chômage n'est pas encore ce qu'elle devrait être mais nous sommes en bonne voie. D'ailleurs nous mettons en chantier un aéroport international et des barrages qui vont créer des milliers d'emploi. Et je ne vous parle pas de l'exploitation des gaz de schiste que nous sommes sur le point de trouver miraculeux pour notre économie et pour votre bien être.  Encore quelques efforts, mes chers compatriotes, et le bonheur est à portée de main. Je compte sur vous." Me verrais bien en "plume" de notre président moi!


Posté par Sitting Bull à 11:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Unions illicites

Bon, soucis ce soir pour Ségolène!

Avant de se prononcer sur la pertinence du barrage de Sirvens, aura-t-elle mis le nez dans les affaires de la "famille tuyau de poêle" représentée par le conseil général du Tarn (et d'autres en Midi-Pyrénées), la Compagnie d'Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG), les chambres d'agriculture et la FNSEA?... et j'y ajouterai l'État en songeant au barrage de Fourogue (voir article Médiapart).
Le nœud du problème est là. Élus locaux, agrobusiness, concepteurs et bâtisseurs d'ouvrages se tiennent par la main ans le seul but de faire tourner les subventions dans le bon sens pour les répartir entre "copains et coquins". On est loin de considérations écologiques et de la protection des paysans!
Exemple type: "Francis Daguzan (divers gauche), vice-président du conseil général du Gers, où il est chargé des dossiers de l'eau. Il siège aux côtés des vice-présidents des autres conseils généraux concernés, des conseils régionaux, des dirigeants des chambres d'agriculture... Retraité agricole, Francis Daguzan est aussi vice-président du comité de bassin Adour-Garonne – l'instance politique de l'agence de l'eaudont il est en outre administrateur, entre autres mandats. La presse locale l'appelle "Monsieur eau". (Le Monde)

Les conseils généraux utilisent la CACG en tant que bureau d'études pour leurs projets relatifs à l'eau, laquelle CACG sera le maître d'œuvre et l'exécutant des chantiers. Or, les représentants des conseils généraux sont majoritaires à la CACG. N'oublions pas la présence de représentants des chambres d'agriculture (donc, de la FNSEA) à la CACG et à l'agence de l'eau! Cercle vertueux?

Comment Ségolène Royal réagira-t-elle aux menaces du président de la FNSEA: "Je n'ai qu'à lever le petit doigt pour mobiliser 3000 à 4000 agriculteurs sur le site. C'est ce que je rappellerai à Ségolène Royal ce mardi 4 novembre lors de la réunion des parties prenantes au projet de Sivens.". (Blog Le Figaro)

Propos d'un type qui prétend parler au nom des paysans, auteur de cette sentance: "Celui qui a 2 ha, trois chèvres et deux moutons n'est pas agriculteur", magnat de l'agro-business, PDG de la Sofiprotéol, holding financier au chiffre d'affaires de 7 milliards d'euros dont les activités se déploient aussi bien dans le commerce de la semence, de l'alimentation animale, à travers sa filiale Glon-Sanders, que celui du Diester. (Marianne)
Toute la poésie de la FNSEA dans une phrase! Si on ne répond pas à mes exigences, j'envoie mes gros bras. Lesquels? Ceux qui ont incendié la MSA et le centre des impôts de Morlaix, ceux qui ont mis à sac les bureaux de Dominique Voynet, ceux qui brûlent des pneus et répandent lisier et fumier devant les préfectures, tous ceux là qui ont agi en toute impunité et dont on attend encore les interpellations?

Sirvens n'est que l'arbre qui cache la forêt. Rémi Fraisse ne deviendra bien vite qu'un "dégât co-latéral" dans le grand roman des accointances de ceux qui arrangent leurs intérêts personnels au détriment de l'intérêt de tous. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises… 


Posté par Sitting Bull à 10:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

C'est pas inéluctable

Ben tiens !

"Je n'ai pas triché mais j’ai interprété une disposition différemment de l'administration fiscale." Je n’ai qu’à essayer de dire ça à mon inspecteur des impôts en cas "d’erreur" sur ma déclaration fiscale. Sûr que Juppé viendrait  à mon secours.

Manquent pas d’air tous ces puissants.

Le Cahuzac, ministre en charge de courir après les tricheurs et les exilés fiscaux, planque lui-même son pognon dans un paradis fiscal en mentant comme un arracheur de dents à la représentation nationale.
Le Thévenoud qui nous fait une allergie à la paperasserie administrative (là aussi, je n’ai qu’à me pointer devant mon inspecteur des impôts avec un certificat médical !)
Et maintenant le Gilles Carez qui fait dans la "mauvaise interprétation" des dispositions fiscales…

Et moi, pauvre pomme, je devrais gober sereinement toutes ces erreurs, ces "égarements", que c’est pas leur faute, les pôvres, qu’ils sont tellement pris par leur souci de nous inventer le bonheur qu’ils peuvent pas penser à tout !
Selon que vous serez puissant ou misérable vous aurez le regard indulgent de vos pairs ou vous prendrez 2 mois fermes histoire de vous apprendre à rester dans les clous…

Une soixantaine d'élus en "délicatesse" avec le fisc nous apprend le Canard Enchaîné. Ouais, et le reste…

Le statut d'élu permet des "passe-droit" qui motivent plus les dits élus que le mandat que leur ont confié les électeurs. Bon, je n'irai pas jusqu'au "tous pourris". Il doit bien rester quelques militants qui croient en leur mission ou quelques naïfs qui servent de faire valoir aux plus malins.
En attendant ces belles personnes prétendent faire la morale à ces fainéants de chômeurs qui se vautrent dans leurs allocations et elles font œuvre de pédagogie télévisuelle pour expliquer à leurs semblables sujets de se serrer la ceinture pour accéder, plus tard (?), à des jours meilleurs.

Il est grand temps de changer la donne et de redistribuer les cartes à l'ensemble de la population qui se doit de prendre elle-même les orientations qui la concerne avec, en point de mire, l'intérêt général et la protection de l'éco système garant de notre survie à tous, nous autres ÊTRES HUMAINS. Je ne me fais pas d'illusion. On va encore découvrir et mettre sur la place publique ici et là des scandales (?) mettant à jour les injustices flagrantes que génèrent le système capitaliste et ceux qui le font vivre. On va en parler des années encore sans doute, sans que rien ne change. Le relais médiatique saura arrondir les angles et raconter de belles histoires à faire pleurer les pauvres dans les chaumières. Mais un jour…

Un jour, ça pétera… Ça pétera dans le sang pour le plus grand bonheur de ceux qui sont à l'origine de tous nos maux et qui verront, là, l'opportunité de "remettre le couvert" après LE grand nettoyage. Aussi, pour éviter l'éternelle répétition de l'Histoire, il est grand temps que les partis politiques, les hommes et les femmes de gauche se retrouvent pour préparer "le grand chambardement" de la manière la plus efficace et la plus intelligente possible.
Le mouvement pour une 6ème république inspiré par le Parti de Gauche avec l'élection d'une assemblée constituante composée d'élus n'appartenant pas forcément au "sérail" me semble une approche intéressante. Aider les citoyens à retrouver le goût et l'envie de réfléchir et de penser par eux-mêmes leur destin est autrement plus exaltant que de les voir mettre dans l'urne un bulletin FN pour une vraie-fausse Jeanne d'Arc qui viendrait, comme par magie, concrétiser les vraies-fausses promesses que leur ont fourguées les partis institutionnels jusqu'à présent.

Alors? On y va vers la 6ème?


Posté par Sitting Bull à 18:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Généreux Jacques!

À diffuser largement autour de vous!



Jacques Généreux (Parti de gauche) : « Il faut...
par Mediapart


 

Posté par Sitting Bull à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

In memoriam

platiau

Bon, j'ai pas encore entendu Manuel Valls annoncer des obsèques nationales pour Christophe de Margerie. Mais ça ne saurait tarder.

Ça dégoulinait de partout les hommages au président de Total. Les propos sirupeux ont encombré les ondes et les pages médiatiques, la plupart du temps accompagnés par des "c'était un ami intime" de la plupart de nos politiques, de droite comme de gauche socialistes. Un grand patron, un grand Français et un grand ami comme le résume Marianne.

Et, sur ces couronnes de fleurs, voilà-t-y pas que cette grande gueule de Gérard Filoche vient nous rappeler le côté "suceur de sang" de big moustaches. Un peu de décence mister Filoche! Ne venez pas casser l'icône vivante (euh... plus maintenant) du capitalisme triomphant si cher au nouveau parti socialiste, lequel, effectivement, ferait bien de changer de nom. Je propose "Parti Républicain", ça nous ramènerait au bon souvenir des années Giscard, Reagan et Thatcher.

Un type qui meurt (avec trois autres personnes tout de même!) dans un accident aussi bête que ce qui est arrivé sur l'aéroport de Moscou n'a pas de chance. C'est le moins qu'on puisse dire. Il se trouve que le type en question est le big boss de Total, représentant en pétrole connu dans le monde entier. Que des personnalités fassent part de leur émotion et adressent leur soutien à la famille et aux amis du défunt, c'est dans l'ordre des choses. En faire tout le patacaisse qu'on subit depuis ce jour fatal est une autre histoire. La mort de l'homme ne doit pas effacer ce qu'était le "capitaine d'industrie" et encore moins dédouaner l'entreprise Total. Il semblerait tout de même que certains éditorialistes cherchent à faire l'apologie de Total via les éloges posthumes de son dirigeant.

Dénoncer le prédateur Total représenté jusqu'au 20 octobre par Christophe de Margerie c'est faire oeuvre de salubrité publique. Faudrait pas camoufler les ravages sociaux et environnementaux de Total derrière les louanges adressées à son défunt PDG et semées à tout vent sur le territoire national.

Total soutient des régimes autoritaires au Congo ou en Birmanie pour avoir accès à l'or noir et au gaz de leur sous-sol. Total a sa part de responsabilité dans les catastophes engendrées en mer et sur nos plages. Le traumatisme de l'Erika est encore bien présent dans la mémoire collective.
Catastrophes inévitables lorsqu'on transporte des milliers de tonnes de pétrole dans des rafiots "rouillés battant pavillons de complaisance, composés d'équipages dont les marins asservis viennent de pays surexploités" (Eva Joly).
Total effectue un lobbying puissant et dépense des sommes considérables pour aller chercher les dernières gouttes de pétrole et de gaz dans les sables bitumineux et les couches de schiste sans se préoccuper des dégâts environnementaux et sanitaires provoqués par ces techniques dévastatrices.
Total est "poursuivi pour complicité d'abus de biens sociaux, corruption d'agents publics étrangers en Irak, en Iran ou au Cameroun. La première entreprise de France est devenue une arme de corruption massive"
Total pille les matières premières des États du Sud, pollue le sol africain (Djibouti, Niger...) dans le seul but d'augmenter ses profits.
Total...

De Margerie est mort. Paix à son âme. Condoléances à sa famille et à ses amis.
Total, loin d'être une entreprise moribonde, trouvera en son sein son nouveau représentant qui repartira au charbon dans les pas de de Margerie, sans état d'âme...


Posté par Sitting Bull à 08:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Mal à la tête...

Bon. Vous avez dû le remarquer, les billets d'Humeur se font rares en ce moment. OK, pendant ces mois d'été j'étais plus souvent à arpenter les Pyrénées ou sur mon vélo, mais depuis la rentrée, je peux pas dire que j'ai forcé question productivité! Je relativise, vous n'êtes pas si nombreux à consulter les pages de ce blog!

Il faut dire que l'actualité à flux tendu désoriente sérieusement mon GPS cérébral. Je ne mets pas en cause les seuls médias, bien que ces derniers (je parle des médias dits "grand public") font danser les mots et propos de nos hommes et femmes politiques selon leur bon plaisir et jamais pour aller à l'essentiel des dits propos. La "petite phrase", le "bon mot" s'affichent rapidement à la Une des publications écrites, des éditos radio ou télé pour permettre aux spécialistes et chroniqueurs de tout poil de pérorer et s'écouter tout à loisir distiller des analyses creuses, voire "people", n'apportant rien aux lecteurs et auditeurs.
Les responsables politiques prêtent le flanc aux "ragots" médiatiques. Notamment les hommes et les femmes du gouvernement actuel avec, à leur tête, le chef de l'État lui-même. Depuis l'élection présidentielle il ne se passe pas un jour sans que l'un(e) ou l'autre ne se contredise ou contredise les propos tenus par un(e) autre ministre. Quant aux échos que ce foutoir provoque du côté de ceux qui n'en perdent pas une pour mettre à mal l'actuel gouvernement, c'est pas mieux... À droite ils se bousculent pour devenir calife à la place du calife et proposent au peuple des remèdes encore pire  que ceux de Hollande, Valls et Macron réunis avec, en guest star, le Sarko qui tente de renaître de ses cendres.
À gauche, (je rappelle ici que je ne considère plus depuis longtemps que le PS est une formation de gauche!), le Front du même nom ne me fait plus rêver comme il a pu le faire lorsque JL Mélenchon et MG Buffet ont insufflé l'idée d'un regroupement des gauches radicales sur des thèmes communs.
D'où un petit coup de mou qui s'est emparé de mon pauvre bulbe, bien encombré de toutes ces données, qui a du mal à jouer son rôle de shaker pour en tirer la substantifique moëlle.

Je viens de lire "L'ère du peuple" de JL Mélenchon. comme quoi je ne suis pas tout à fait éteint! Une fois de plus cet homme dont j'envie la rapidité et la justesse de sa réflexion a le talent de m'expliquer clairement les méfaits du jeu (étendu à l'Europe et à la planète) des politiques menées par le libéralisme (de droite ou de gauche). Je vous conseille vivement de le lire. 
Dans la foulée JL Mélenchon a lancé un mouvement pour la 6ème République. Serait-ce l'évènement qui pourrait m'aider à y voir plus clair?
Ce mouvement qui n'est pas un parti politique (initié toutefois par le Parti de Gauche) pourrait apporter aux citoyens autre chose que l'image déplorable de ces partis qui les éloigne de plus en plus des urnes. Un mouvement "fédérateur" des déçus de la politique dès lors qu'on leur permet et qu'on les aide à "prendre le pouvoir sur leur condition de vie"? Pourquoi pas?

Après les dernières élections, JL Mélenchon déplorait un "manque de lisibilité" du Front de Gauche. Ne serait-il pas temps alors, pour le Pari de Gauche, de rompre une bonne fois avec le PC toujours à la traîne du PS? Les gens ne sont pas idiots. Les accords électoraux entre le PC et le PS vouent aux gémonies le FdG au même titre que les partis institutionnels. 
D'autre part, il me semble que ce mouvement affirme sa volonté de mettre fin au capitalisme et de ses composantes, le productivisme et la croissance à tout crin dont on sait qu'ils nous mènent à une catastrophe écologique et économique. Et, dans cette optique, osons évoquer une sortie de l'Europe, cette Europe des capitalistes justement! Comment envisager une rupture avec le capitalisme tout en respectant des règles européennes qui sont faites par lui et pour lui?

Alors oui, le mouvement pour la 6ème République est à même de rendre l'espoir pour une société dont "l'intérêt général humain" sera la ligne d'horizon de ceux qui en seront les acteurs.

À lire, un article d'Aurélien Barnier paru dans "Le Grand Soir": Tourner la page du Front de Gauche


 

Posté par Sitting Bull à 12:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Ils osent tout

«L’assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d’euros; quel responsable politique peut s’en satisfaire? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante. On ne pourra pas en rester là. C’est aux partenaires sociaux* qu’il appartient de faire avancer les choses»

* lire: c'est au MEDEF qu'il appartient...

Voilà le genre de conneries qu'est capable de débiter un petit con en costard-cravate ressemblant comme deux gouttes d'eau aux Geoffroy Didier-Guillaume Peltier du camp d'en face. À l'heure du petit déje, c'est fait pour avaler de travers le café au lait-tartines de beurre salé-confiture de pêche, une telle annonce!

De quoi je me mêle Macron?
T'aurais pas mieux  faire en mettant toute ton énergie à récupérer les 60 à 80 milliards d'euros que coûte chaque année la fraude fiscale plutôt que d'opter pour la solution de facilité qui consiste à faire payer ceux qui ne peuvent pas planquer leur pognon aux Bahamas? 

"Le Club des entrepreneurs a salué les déclarations du ministre de l’Economie, estimant qu’il abordait la question "de manière courageuse" (Libé). Tu parles d'un courage! Couper le robinet des allocs chômage à ceux qui sont en droit de les percevoir pour survivre! Y'a pas à dire, les gazettes de nos zélites vont te mettre sur le même pied qu'un Vercingétorix ou qu'un Roland de Ronceveaux!

Faut dire que ces salopards "d'entrepreneurs" du Cacarante se planquent déjà derrière leur héraut des temps modernes, le dénommé Pierre Gattaz. On peut en déduire que la République ne manque pas de héros tous prêts à sacrifier les pauvres sur l'autel du profit. Avec Manu-Jeanne Hachette à leur tête!

Que représentent 4 milliards par rapport à 80? 20 fois moins! Et là dedans on pourrait y fourguer le déficit de la Sécu (13 milliards en 2014). Et bosser sur la conception et la création d'un revenu de base, parce que, mon petit Macron, y'a que les faux-culs comme toi pour laisser entrevoir à leurs compatriotes (sujets?) le retour du plein emploi prometteur de salaire (aumône?) leur permettant de vivre pleinement leur chienne de vie...

Je suis assez désespéré de lire, au bas de l'article de Libé, les commentaires de citoyens qui s'étripent alors que leur intérêt commun est de s'unir... T'as raison Macron, tes communicants ont foutu suffisamment la merde dans les esprit pour que tu puisses tout oser...


 

Posté par Sitting Bull à 15:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

La bande à Laurent la fronde


thierry-la-fronde-serietv-2327Le retour du roi Jean en France : Thierry et sa troupe quittent alors la Sologne pour se mettre à son service et devenir " les hors-la-loi du roi ".

Un pâlichon remake de la série télé des années 60...Le roi Jean a les traits de Manuel Valls. Laurent Baumel et sa bande feront allégeance ce mardi à l'assemblée nationale. Barbara Romagnan espère que "nous serons plus nombreux pour obtenir un infléchissement réel des politiques." C'est beau l'espoir...

Alors? Qu'est-ce qui retient les frondeurs de voter "contre"?

Le roi Manuel a prévenu: "Soit vous votez la confiance à l'Assemblée nationale la semaine prochaine, soit vous donnez les clés du pays à Marine Le Pen". Ah! l'épouvantail FN! Ça vieillit bien et ça arrange tellement de monde.
Nos révolutionnaires PS pensent-ils réellement que Pépère dissoudrait l'assemblée si son gouvernement était mis en minorité? Sont-ils à ce point incapables d'envisager qu'il serait amené à nommer un autre premier ministre issu de son opposition de gauche?

Pour ma part et au vu des derniers avatars de l'actualité politique je suis persuadé que "les hors la loi du président" ont tout bêtement la trouille de perdre leur siège boulot. Et tous les effets médiatiques auxquels ils s'adonnent à travers journaux et télés ne sont que ce qu'ils sont... des effets médiatiques!
JL Mélenchon a raison de dire qu'il n'y a rien à attendre d'une vraie-fausse gauche du PS. De la même manière qu'il n'y a rien à attendre du PC tout occupé qu'il est à élaborer des alliances stratégiques pour maintenir en place les élus qu'il lui reste, y compris certain sénateur que je ne citerai pas. Le casse-croûte à la fête de l'Huma était destiné aux photographes de Paris Match, très au fait des potins politiques en ce moment.

Arnaud Leroy: " Je ne me retrouve pas dans les propos de Marie-Noëlle Lienemann, confortablement installée dans son siège de sénatrice. Ou de Jérôme Guedj qui n'est plus député..." La messe est dite.

Allez! On se retrouve mardi au Palais Bourbon. Il y a une séance de Grand Guignol.


Posté par Sitting Bull à 07:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Fin »