on triomphe sans gloire...

 

CB étéLa citation de Corneille s'applique parfaitement au résultat des élections municipales de Castelnau Barbarens.
Après le coup de tonnerre dans la campagne
castelnausienne relaté dans un précédent billet (voir ici), une nouvelle équipe municipale, composée du maire et d'un conseiller sortants assistés de 13 nouveaux conseiller(ère)s, prendra place autour de la table du conseil. Je ne peux que souhaiter bonne chance et bon courage à ces conseillers "tout neufs" notamment pour ce qui concerne la démocratie locale, la mise en valeur du site de Castelnau et les questions environnementales. Et, si je peux me permettre, soyez sur vos gardes quand monsieur le maire dira "C'est vous qui décidez", sachez entendre "non" quand il dira "oui" et inversement. Ça pourra éviter de probables désillusions.

Ce n'est pas très glorieux, pas facile non plus, pour l'ancien conseiller municipal que je suis de constater qu'il a fait preuve durant toute cette dernière mandature d'une grande naïveté. Que d'années perdues, que d'avancées possibles, de propositions novatrices passées à la trappe parce qu'une équipe voulait maintenir une cohésion purement fictive...

On ne refait pas l'histoire.

Les résultats des élections municipales au plan national sont bien plus inquiétantes.
L'austérité imposée aux Français les plus modestes par le gouvernement socialiste a fait détourner bon nombre d'entre eux vers la bête immonde. Il existe pourtant bel et bien une alternative aux valeurs défendues par la gauche. Le Front de Gauche n'a pas eu l'écho espéré. Il faut dire que le Front de Gauche n'existe pas pour la plupart des médias. Les médias ne jurent que par la Marine et ses sbires. Les médias obéissent aux ordres de leurs maîtres: ne surtout pas laisser entrevoir qu'il existe une réelle issue sociale à la crise qui pourrait mettre à mal les puissants de ce monde...

 " Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! " (John Swinton, ancien rédacteur en chef du New York Times, lors d’un dîner le 25 septembre 1880)

Depuis ce matin il n'y a de place dans les médias que pour les langues de bois de droite (PS compris!), que pour les commentaires à la recherche du "buzz".
Les tractations vont bon train pour tenter de préserver son pré carré ou ce qu'il en reste. Amusez-vous à relever les alliances contre nature qui vont se réaliser toute cette semaine durant... comme si le FN avait encore besoin de ça pour alimenter sa haine...