Jeux3Au lendemain du 1er tour et de la déculottée des socialistes, nos chroniqueurs radio enchaînent: "79% des Français demandent très nettement un remaniement ministériel et pour 69% un changement de 1er ministre" débite un journaliste d'Inter s'appuyant sur un sondage BVA / l'Express. La belle affaire. Tu changes les têtes pour appliquer la même politique austéritaire... Sûr que le blabla de Moscovici remplacé par celui de Gérard Collomb, ça améliorerait notablement la situation des retraités et des Smicards, pas vrai?

Le gouvernement et le chef de l'État se préparent à enfumer, une fois de plus, les citoyens par un jeu de chaises musicales aidés en cela par des médias complaisants et tout disposés à distiller dans les esprits une petite musique anesthésiante. Quel chroniqueur a-t-il annoncé: "79% des Français demandent très nettement un changement d'orientation politique, 79% des Français demandent une politique sociale digne de ce nom"?

Passé le deuxième tour des municipales, nous allons avoir droit à un 3ème tour qui a déjà commencé par les "nous avons reçu le message envoyé par les Français" ânonnés ici et là par les ministres en quête de micros. Il n'y a que Michel Sapin pour casser l'ambiance: "Sur les économies, nous ne changerons pas de cap. Économiser 50 milliards d’euros de dépenses publiques ne dépend pas d’un premier, deuxième ou troisième tour de scrutin municipal. C’est l’intérêt supérieur de la France." (Les Echos.fr). Mal barré pour se succéder à lui-même le Michou avec des propos susceptibles de réveiller l'esprit critique des Français endormis par les tonnes de bobards que s'acharnent à propager ses collègues ministres...

Le bilan de ces élections municipales n'est pas à rechercher au plan local. Pensa!
Localement, il s'agit de "prendre la mairie" comme je l'ai si souvent entendu dire. Une fois prise, la mairie permet à certains élus (les plus malins!) de s'octroyer un once de pouvoir qu'il leur sera difficile d'abandonner à l'élection suivante. Quant aux professions de foi... "On n'est jamais déçu par l'espérance" a dit je ne sais plus qui...

L'essentiel se joue tout en haut de la hiérarchie des institutions faisant fi des difficultés sociales mises en avant, tel un catalogue électoral, par les candidats. Comme d'habe...

Une nouvelle tranche (récurrente) s'ouvre dans le grand cirque "démocratique" en attendant les prochaines échéances qui verront apparaître leur lot de "sauveurs de l'humanité".

Je voudrais tout de même tempérer mes propos. Il existe bien des hommes et des femmes pour lesquels l'intérêt général importe bien plus que leur position sociale. J'en connais. C'est pas eux qui causent dans le poste.