symbole-optimisteBon, on va essayer de s'y remettre!

La période estivale a été riche en activités diverses et variées, toutes hors du champ politique et, ma foi, quel bonheur d'oublier quelque temps les anomalies du monde dans lequel nous nous débattons...

Mais voilà, l'info étant devenue "la com", sitôt revenu à proximité de la réalité, on échappe difficilement aux tombereaux de "nouvelles" déversées chaque seconde par les médias en délire.

Alors, par quoi commencer?
Sûrement pas par le reniement de Hollande et de certains socialistes aux idées du même nom parce que si d'aucuns doutent encore, ce sont des cas désespérés et je ne connais aucune médication qui pourrait les délivrer de leur malédiction.
Mais ça, c'était avant...
Depuis, les évènements se sont accumulés: Valls et son caca nerveux, démission du gouvernement pour remettre les mêmes en selle sauf trois, Montebourg le vrai faux rebelle, l'affront de gauche d'été du PS et ses psychodrames de cour de récréation, le Front de Gauche qui cherche la porte d'entrée à gauche, les minauderies de Juppé, les mièvres déclarations adaptées de l'opposition de droite aux soubressauts de la majorité de gauche, Le jeune Macron sorti du chapeau, les 35 heures remises en cause, les chômeurs fliqués, l'éprouvant mystère du "j'y vais-t-y, j'y vais-t-y pas" du camarade Sarko, les coucheries de Pierre Gattaz dans le lit des "socialistes strausskahniens",  j'en passe et des meilleures...

Quel bordel, pas vrai? comme le dit le vieil adage populaire, "une vache n'y reconnaîtrait pas son veau!" Plutôt que d'en de faire l'inventaire, j'aurais plutôt envie de mettre tout ça dans un shacker, de secouer fortement, et de voir ce qui peut bien sortir d'un tel foutoir national. Quand je pense que les charlots qui nous gouvernent, les "spécialistes" en économie et les médias serviles ne jurent que par le retour de la kroissance pour mettre un terme à tout ça, l'envie de gerber ne me quitte plus... De quoi inciter un gaillard comme moi à repartir dans la montagne, dernier refuge (au-delà de 2500m!) au milieu des isards et des marmotes où on peu respirer à pleins poumons loin du bruit et de la fureur d'en bas. Pour combien de temps encore?

Je n'ai pas l'intention de commenter les vicissitudes de la vie politique et sociale actuelle. D'autres beaux parleurs, d'autres langues de bois, d'autres "entre soi" le font beaucoup mieux que moi. Avec des arrangements de la réalité, certes... mais les grands enfants que sont en passe de devenir les citoyens sont prêts à gober les discours dénués de sens que les messieurs-dames évoqués ci-dessus leur déversent chaque jour minute seconde au gré de leurs intérêts personnels ou des intérêts de leur caste.

Et je mets volontairement de côté tout ce qui concerne l'international, notamment l'État islamique, Gaza, l'Ukraine, ebola, Sanford, les petites mimines asiatiques, les princes des émirats etc... Y'a plus de place dans le shaker!

Tout ce joli bordel me confirme ce que je sais depuis toujours: ce sont bien les forces du mal qui tiennent la corde. Il en sera toujours ainsi jusqu'à la fin de notre civilisation, jusqu'à l'extinction de l'espèce humaine. C'est logique: un gentil qui se pose des questions n'a aucune chance face à un méchant sans état d'âme.