Je reviens sur mon précédent message où, très en colère ou très déçu, je voyais des connards partout...
Qu'il y ait des gens chez lesquels la conscience politique soit défaillante, ça ne fait aucun doute. Pour autant je ne voudrais pas leur jeter la pierre qui fait mal. Au cours de cette campagne je me suis rendu compte qu'il suffisait de parler avec les personnes qui envisageaient de voter FN pour leur faire toucher du doigt qu'il existe autre chose que la haine des autres pour avoir le sentiment d'exister.
Le processus qui amène des individus dans les bras du premier démagogue venu commence à l'école. En effet, qu'apporte l'école en matière d'éveil, de réflexion, de libre arbitre à l'enfant?* Les programmes scolaires sont avant tout des machines à inculquer du savoir et des connaissances en quantité pour, plus tard, faire correspondre le profil des adultes en devenir, de préférence disciplinés et malléables, aux attentes de futurs employeurs bien ancrés dans un monde où commerce et libre échange sont les valeurs phares, bien avant les concepts dépassés de fraternité, partage ou bonheur de vivre.
L'apprentissage de la libre pensée passé à la trappe, l'adolescent et l'adulte se trouvent rapidement enfermés dans un monde où compétition, compte en banque, bling-bling, sont les références de la réussite sociale. Macron ne promet-il pas de faire en sorte que chaque jeune Français puisse rêver de devenir milliardaire? Ajoutez à cette réjouissante perspective des heures de tête à tête avec Pujadas et Hanouna et le tour est joué: les maîtres du monde ont leur volant d'électeurs-tampons qui les protègent d'une vision apocalyptique du monde promue par des Mélenchon et des Insoumis.
Aussi je mets un bémol sur "l'insondable absurdité du genre humain" qui n'est pas une fatalité, plutôt une erreur d'aiguillage... Mais quel travail pour remettre les égarés sur les rails! C'est ce que font les militants Insoumis chaque jour. C'est ce qui a permis à Jean-Luc Mélenchon de faire reculer le FN dans certains quartiers, dans certaines villes où la parole a circulé entre habitants et militants de la France Insoumise. Force est de constater, qu'en face d'une population perdue, éructer à la manière d'une Le Pen est une stratégie plus efficace en matière de clientélisme. La pédagogie et la démagogie ne demandent pas les mêmes efforts...

* Une pensée aux instits qui ont une autre conception de l'éducation et qu font en sorte de développer le sens critique des enfants qu'ils éduquent.

 

Conférence de presse de la France insoumise 26-04-2017

Mon vote "Insoumis" du 2ème tour.
Ah! Ça cause sur les réseaux sociaux!
Ça cause aussi dans les gazettes, les radios et les télés. Mais là, nos éditocrates bien connus s'en donnent à coeur joie sur le non-appel de JL Mélenchon en faveur de Macron. Ils ne disent pas, bien entendu, que l'attitude du porte-parole des Insoumis est tout à fait conforme à ce qui est convenu depuis le début de la campagne. Et pour les Insoumis ça remonte à 1 an 1/2! Mais bon, on sait comment ils fonctionnent, s'ils s'aventurent à dire la vérité, plus de buzz! Du coup, les Corbière et autre Bompard s'égosillent à remettre les pendules à l'heure dès qu'ils ont un micro sous le nez... les chiens de garde sont teigneux.
Pas une voix pour la Le Pen. ben, ça leur suffit pas aux scribouillards. Ils veulent entendre "Moi, Jean-Luc Mélenchon, appelles les électeurs qui ont voté pour moi au premier tour, à donner leurs voix à Emmanuel Macron pour le deuxième tour". Parce que, comprenez-vous, il faut la consigne du CHEF! Tant pis si les Insoumis ont des options différentes pour le deuxième tour. Où plutôt, tant mieux, ça leur permettrait, à ces charognards, d'en remettre une couche: "Vous voyez, Mélenchon appelle à voter Macron et il n'est pas entendu par ses troupes... c'est la pagaille cette France Insoumise!" Hé ouais, ils en salivent d'avance les Cerbère du libéralisme. Je crains qu'on ne leur donne pas cette opportunité. Ça fait rien, ils continueront à faire leurs choux gras sur le vilain Mélenchon qui refuse de se prononcer.

Les Insoumis sont partagés entre le vote blanc, l'abstention ou le vote Macron ou, plutôt, le vote anti Le Pen. C'est vrai que la perspective d'un Macron à l'Élysée, c'est pas ma tasse de thé. Le représentant de tout ce que je déteste dans la gouvernance du monde actuel, le garant de l'évolution ultra-libérale de la société, l'ami des riches, des banquiers, du Cacarante... voter pour lui afin de faire barrage à l'autre?
Depuis mon dernier message, j'hésite entre le vote "Insoumis" et l'abstention. Compte tenu du fait que mon vote ne sera pas reconnu et que, par contre, faire grimper le taux d'abstention peut être significatif. Je me tâte..
En dernier recours, au vu de la précision des sondages du premier tour, si, vendredi soir, les sondages indiquent une possible victoire du fascisme, alors consentirais-je à me boucher le nez, à me parjurer, à me dégoûter, à m'humilier, à me flageller, à me renier, à me ridiculiser même pour aller glisser un bulletin de l'autre dandy dans l'urne... mais c'est pas gagné et les maux de tête vont me poursuivre toute la semaine... Le sentiment que tout a été organisé pour éliminer JLM au premier tour est encore vivace.