b_1_q_0_p_0L’optimisation fiscale (joliment traduite par « baise collective » par Denis Robert*) est immorale mais légale (bouclier derrière lequel se planquent les déjà planqués des paradis fiscaux).

Donc, si c’est légal, rien à dire sur le plan juridique… mais si c’est immoral, beaucoup à dire sur le plan de l’intérêt général.

Alors, voyons… pour remettre de la morale, il faudrait changer les lois et faire en sorte que ce qui est légal aujourd’hui devienne illégal demain afin d’être condamné en cas de franchissement de ligne jaune.

Le problème, me semble-t-il, c’est que ceux qui font les lois sont les mêmes qu’on retrouve aux îles Marshall, aux îles Vierges britanniques, à Jersey, aux Bermudes, au Luxembourg, en Irlande, aux Pays Bas etc… m’étonnerait qu’ils tiennent tant que ça à faire évoluer la loi dans le sens du bien commun…

2017-11-11_15h43_22Souvenons-nous de l’affaire « Clearstream » pour laquelle la justice luxembourgeoise (suite à l’enquête de Denis Robert) pour blanchiment d’argent et escroquerie fiscale a prononcé un non-lieu (2004) en raison d’insuffisance de preuves sur le blanchiment, de non rétroactivité de lois et de prescription de certains délits… c’est quand même super de se tenir des deux côtés du manche…

En attendant, bravo aux journalistes qui mouillent la chemise dans le cadre des "Paradise Papers" pour permettre à des « Moscovici » et autres responsables politiques de « découvrir » et de « s’indigner » devant de telles révélations pour, aussitôt, jurer au bon peuple que des dispositions vont être prises pour mettre un terme à de tels agissements. Pas sûr que ça fasse bouger les choses...

Ça vous fait pas rigoler ?

Moi, si.

Enfin, un peu jaune quand même. « L’appel de Genève » lancé en 1996 par Denis Robert et 7 magistrats européens anti-corruption n’a manifestement pas fait évoluer la « morale » en matière de finance publique. Les faux-culs d'aujourd'hui étaient déjà en place à l'époque et juraient leurs grands dieux qu'on allait voir ce qu'on allait voir! Une répétition de ce qu'ils bégaient ces jours-ci à qui leur tend un micro ou une caméra.

Quant aux finances « privées » de nos chères multinationales et de leurs actionnaires, la morale n’a aucune raison d’être puisque… circulez ! Y’a rien à voir.

Voilà. Tout ça pour dire que les effets de manche et la rhétorique version « langue de bois » ne vont pas manquer jusqu’à la veille de Noël. Et, les agapes des fêtes de fin d’année passées, qui y pensera encore ?  

Restons positifs... après une enquête rigoureuse de Pôle-Emploi, la fraude aux allocations chômage est moindre que ce que croyait le MEDEF... Ouf!


 * pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook, voir les liens ci-dessous:

Merci_pour_ce_petit_spot_clair_et_simple (par Denis Robert)